Classification européenne des aptitudes, compétences, certifications et professions (ESCO)

Historique

L'ESCO est une classification européenne multilingue (développée dans un format informatique ouvert) des aptitudes, compétences, certifications et professions. La Commission européenne a décidé de développer l'ESCO il y a quelques années afin de cartographier les "profils professionnels" existants en Europe avec des aptitudes, des compétences et des qualifications pour tous les secteurs d'activité économique (c'est-à-dire le type d'activités exercées, une description des tâches, ce qu'elles excluent, quel est le contexte professionnel, quelles sont les aptitudes et compétences nécessaires et facultatives, si le profil professionnel présente des aspects réglementaires). 27 secteurs de l'économie (extraits de la NACE) ont été identifiés pour figurer sur le portail de l’ESCO, dont "la finance, l’assurance et l’immobilier".

L'objectif de l'ESCO est de :

  • combler le fossé de communication entre le secteur de l'éducation et le marché du travail,
  • permettre la correspondance en ligne des personnes et des emplois,
  • permettre la mobilité (échange transfrontalier de données, les services de l'emploi pourront échanger des offres d'emploi, des CV et d'autres informations utiles à travers l'UE),
  • soutenir l'éducation et la formation dans l’évolution vers des systèmes fondés sur les acquis de l’apprentissage (l'ESCO, en tant que terminologie normalisée, devrait faciliter la description de la manière dont les professions, les aptitudes, les qualifications et les compétences sont liées et interagissent les unes avec les autres),
  • soutenir l'intelligence des aptitudes et les statistiques (exemple : servir de base à la recherche, comme l'analyse comparative et la comparaison entre pays).

Le BIPAR et ses membres ont donné leur avis sur la classification du "chapitre financier" de l'ESCO lors de sa création, en se penchant surtout sur les professions financières telles que le courtier d'assurance, l’agent de vente d'assurance, le conseiller en investissement, le conseiller en crédit, le courtier en hypothèques. Le BIPAR avait demandé une meilleure prise en compte de la réglementation sectorielle des intermédiaires

La première version complète de l'ESCO a été publiée en juillet 2017.

Afin de refléter la réalité du marché du travail, la Commission européenne a annoncé au printemps 2019 qu'elle réviserait l'ESCO et en publierait une nouvelle version en 2021. En été 2019, le BIPAR a été contacté par la Commission en tant qu'"expert du domaine", afin de fournir une expertise spécifique et de revoir les références actuelles au secteur de l'assurance/intermédiation financière.

Le BIPAR a répondu à la Commission, déclarant entre autres que pour l'intermédiation en assurance, la catégorie principale "intermédiaire d'assurance" telle que définie dans la DDA devrait être mentionnée dans la base de données ESCO et que comme sous-catégories sous "intermédiaire", "courtier d'assurance" mais aussi "agent d'assurance" devraient être mentionnés. Le BIPAR a également signalé un certain nombre de traductions inexactes.

Prochaine étape

Le BIPAR poursuivra et assurera le suivi de cet examen.


-publié en juin 2020-

Trouver un intermédiaire près de chez vous ?Cliquez ici